Frôler l’inaccessibilité

Mercredi 3 décembre, jour 24. La tente de Fred pointe le ciel à 267 kilomètres du pôle sud d’inaccessibilité. Le réalisez-vous? Frédéric Dion, l’aventurier conférencier de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, le mari de Caroline, le père des deux petites cocotes, le fils de Lisette, etc… est à quelques enjambées d’être nommé le 1er homme à s’être rendu seul de la base russe jusqu’au pôle sud d’inaccessibilité avec ravitaillement ! Il vous explique son défi actuel: « Je dois maintenant faire preuve de patience…» On le croit, surtout dans les conditions dans lesquelles il navigue. « Aujourd’hui, j’ai fait 101 kilomètres avec un bon vent pas trop fort mais sur un terrain atroce. P-i-t-i-é! », lance-t-il mi-figue, mi-raisin. Notamment un bon 20 kilomètres où le cerf-volant devait à tout prix rester dans les airs sous peine de se prendre dans les vilains sastrugi.

Il a tombé une fois, notre aventurier, chose à éviter dans ce secteur dangereux… Pendu à sa voile, il s’est fait traîner pour quelques mètres sur ce sol fort accidenté. Mais il n’a mal nul part. « Rassurez-vous, mon corps est à 100%. Je n’ai aucune tension, aucune douleur et j’ai encore beaucoup d’énergie. Et le mental va bien aussi. »

Et lui prend soudainement le goût de faire une pub. On reconnaît-là la gratitude de l’homme qui n’hésite pas à reconnaître les autres et à nommer le positif. « Le cerf-volant avec lequel j’ai fait 90% de ma distance est un produit québécois fait par Concept Air, une smart 12.5. Je la recommande à quiconque veut faire du kite. Je fais des distances et des temps records avec cette voile-là », qu’il raconte tout heureux.

Consciencieux comme toujours, l’athlète veut rajouter quelques détails à sa réponse de la question scoute de la semaine passée. Il explique qu’il a en fait commencé son projet Antarctique Solo dans les Scouts et qu’il est honoré d’être leur ambassadeur. Aux jeunes scouts, il suggère: « Soyez fiers d’être scout. Les amis que vous avez dans les scouts, vous allez vous rendre compte qu’ils vont rester. Mon meilleur ami, je l’ai connu dans les scouts et c’est encore mon meilleur ami. »

La question scoute de cette semaine vient des Pionniers du 132e Sainte-Catherine-de-Sienne : Comment t’assures-tu d’avoir un comportement écoresponsable compte tenu du peu d’infrastructure?

« Je ramasse tous mes déchets, je ne laisse rien traîner. L’autre jour, j’ai couru 200 mètres après un papier de barre tendre qui s’était envolé. Aussi, pour recevoir le permis pour venir en Antarctique, j’ai dû bâtir un plan environnemental assez complexe qui inclut la gestion des déchets. Dans certaines zones, on ne laisse même pas les déchets humains. On a des sacs à cet effet et on les apporte là où l’on peut en disposer selon le plan. »

La chanson du jour : Riders on the storm – The Doors
Parce que Fred s’est rappelé aujourd’hui du son de la pluie en l’entendant dans la chanson. « Ça me manque, ce serait un délice d’entendre le son de la pluie. J’ai hâte. L’aventure permet de briser les acquis… d’en être séparé, c’est pas toujours facile mais ça permet de le réaliser », philosophe notre héros masqué.

Closer to inaccessibility

Wednesday, December 3, day 24. Fred’s house tips the sky at 267 kilometers from the South Pole of Inaccessibility. Do you realize? Frédéric Dion, the adventurer speaker of Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Caroline’s husband, the father of the two small cuties, Lisette’s son, etc…, is within a few ski strides of being named the first man to have visited the south pole of inaccessibility startign for the Russian base with supplying! He explains his current challenge: « I have to be patient… » Of course he has, especially in the conditions under which he sails. « Today I made 101 km with a good wind not too strong but an atrocious ground. P-i-t-y! ,  » he says laughing but meaning it. Including a good 20 km where the kite had to stay in the air at all costs not to be caught in the unkind sastrugi.

And he fell once, our adventurer, something to be avoided in this dangerous area Attached to his kite, he was dragged a few meters on this rugged land. But he suffers from nowhere. « Be reassured, my body is 100%. I have no pain and I still have lots of energy. And the mind is fine too.« 

And suddenly he wants to do a commercial. We recognize the man who never hesitate to say thank you and to express his gratitude. « The kite with which I did 90% of my distance is a Quebec product made by Concept Air, a smart 12.5. I recommend it to anyone who wants to kite. I did records in time and distance with this sail, « he explains all happy.

Conscientious as always, the athlete wants to add some details to the answer of the last week Scout question. He says that he actually began his Antarctique Solo project in the Scouts and that he is honored to be their ambassador. To scouts, he suggests: « Be proud to be a scout. The friends you have in the Scouts, you’ll realize they will stay. My best friend, I have known him in the scouts and it’s still my best friend.

The Scout question this week comes from Pioneers 132nd St. Catherine of Siena: How will you assured of having a eco-responsible behavior in Antarctica?

« I pick up my garbage, I leave nothing behind. The other day, I ran 200 meters after a granola bar paper that had flown. Also, to receive the permit to come to Antarctica, I had to build a complex plan that includes environmental waste management. In some areas, you can’t even let human waste. We have bags for this purpose to bring them where they can be disposed according to plan.

The song of the Day: Riders on the Storm The Doors
Because Fred remembered today the sound of rain while hearing it in the song. « I miss it, it would be a delight to hear the sound of the rain. I can not wait. The adventure helps break what we take for granted to be separated, it is not always easy but it allows to realise it « , states our masked hero.
image1(6)

19 réponses à “Frôler l’inaccessibilité

Fred, c’est tellement excitant arriver à la maison le soir et de lire à propos de ta journée. C’est un coin du monde tellement inconnu où tu es, j’ai le plaisir de faire le voyage avec toi de mon beau petit coin chaud. Bon courage. C’est évident que tu a fais des mois et et mois de préparation pour être prêt physiquement, mentalement, oralement et moralement en forme. Bonne job!

Fred moi et les louvetaux avons hâte de voir tes aventure nous t’encourageons a continuer bravo en plus tu est le meilleur que je n’est jamais conne bravo des louvetaux et de moi

Allô Fred je suis content que tu sois allé au Pôle Sud d’inaccessibilité parce que je peux lire tes articles. Je suis sûr que tu vas réussir ton aventure, il reste de l’espoir. Je conte sur toi je te suis moi et ma classe.

Allo Fred je suis de retour sur ton blogue tu es toujours dans mes pensées.Tu affronte l’Antarctique et tu ses que ma classe et moi nous sommes avec toi.

Bonjour Frédéric Dion,
Je voulais te dire que plus tu avances dans ton expédition, plus ton aventure m’intéresse!
Aujourd’hui, j’ai décidé de copier quelques uns de tes article et je les ai mis dans un cahier. Je vais te nommer les articles que j’ai copiés ( Frôler d’inaccessibilité,Vent de l’Antarctique, 400 km au but, Ode à l’amour et La peur). J’ai beaucoup aimé tes articles. J’adore tout ce que tu fais dans ton expédition 😉 . Bonne chance pour la fin de ton trajet!

À bientôt!

De Florence

Bonjour Florence,

Merci pour vos bons mots. Frédéric n’a pas accès à son ordinateur en Antarctique alors c’est moi qui écrit pour lui. Merci de le suivre! Chantal, chargée des communications

Bonjour Fred, qu’as-tu l’intention de faire lorsque tu seras arrivé au pôle d’inaccessibilité ? C’est-à-dire demeurer combien de temps sur place, puis revenir pour aller où au juste ? Et j’aimerais savoir si tu as rencontré des crevasses ?

Bonjour,

Fred a rencontré des crevasses en début de parcours notamment. Et il décidera rendu au but ce qu’il fera pour la suite mais je ne crois pas qu’il y restera longtemps étant donné les conditions extrêmes. Merci!

Vous avez raison : « C’est en effet près des côtes que la glace et la plus fragile et peut se rompre. Ensuite, sur le Plateau Antarctique (à 60 km de la côte, l’altitude est déjà de mille mètres), il n’y a plus de crevasses. »

J’ai aussi rencontré mon meilleur amis dans les scouts il y a 13 ans de cela, et c’est encore mon meilleur ami. Soyez fière d’être scout, c’est une belle expérience de vie. Bonne chance pour la fin de ton aventure Fred. Je lis ton blog a tout les jours et je continuerai, tu es une source d’inspiration et motivation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des questions ? Nous avons les réponses !

Remplissez le formulaire et laissez-nous un message!
Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Merci à notre partenaire