Vent de l’Antarctique

Armé de sa voile de tempête, le papa-qui-a-hâte-de-revoir-ses-deux-rejetons a skié 51 kilomètres dans un vent déchaîné. Dehors, il souffle à 60 kilomètres heure avec des rafales pouvant en atteindre 80. On entend d’ailleurs ses griffes glacées sur la tente de notre ami. Aucun soleil ne se pointe dans le ciel nuageux. Frédéric est caché dans son sac de couchage dans lequel il a inséré une bouillotte d’eau chaude pour tenter de préserver ses pieds du froid. L’aventurier prévoit une nuit glaciale et le même scénario pour demain. Comme ce qu’il a dû affronter aujourd’hui en fait (-43 avec le facteur vent selon Météomédia). Il raconte sa journée :

Ça ne me tentait pas ce matin. J’avais besoin d’un congé. Ça fait des jours que je force et que je sens la fatigue me gagner. Je ne me voyais pas geler toute la journée. Je suis donc resté au chaud dans ma tente et j’ai appelé à la maison ce midi, ce que je ne fais habituellement que le samedi. Je suis content de voir que les filles vont bien et de constater que leur langage a évolué en si peu de temps. Ça m’a donné du courage. Plus je vais affronter le vent et le froid, plus vite je serai de retour à la maison.

Durant son périple du jour, Fred a entendu la chanson suivante, qu’il nomme sa chanson du jour. Pour dire à ses filles qu’il les aime.

La chanson du jour : Petite Marie – Francis Cabrel
Audio : 20141202Fr

Antarctica Wind

Armed with his storm sail, the dadwho-cant-waittoseehis-twogirls skied 51 kilometers in a raging wind. Outside, it blows at 60 miles per hour with gusts reaching 80. In fact we can clearly hear his frozen nails on our friend’s tent. No sun peak in the cloudy sky. Frédéric is hidden in his sleeping bag in which he inserted a hot water bottle to try to preserve his feet from the cold. The adventurer is waiting for a chilly night and the same scenario for tomorrow. As he faced today (-43 with the wind chill according to Météomédia). He relates his day:

I didn’t feel for it this morning. I needed a day off. It’s been days since I force myself and I feel fatigue winning me. I could not see myself freezing all day. So I stayed warm in my tent and I called home around noon, what I usually only do on Saturday. I‘m glad to see that the girls are doing well and to hear their language evolving in such a short time. It gave me courage. The more I face the wind and the cold, the sooner I’ll be back home with them.

During his skiing today, Fred heard the next song he calls his song of the day. To tell his daughters he loves them.

Song of the Day: Petite Marie – Francis Cabrel
Audio: 20141202En

image1(7)

6 réponses à “Vent de l’Antarctique

Une séquence plus difficile alors que la cible est presque en vue. C’est dans ses moments que tu as besoin d’encouragement et tes supporteurs deviennent important. Soi prudent et bon courage…nous sommes tous avec toi.

Bonjour je suis épaté par ton courage et ta détermination d atteindre ton but , Bravo a ton ta force et surtout ta famille as hate de te voir .. vie une belle fin de voyage .

Andre

Du haut de mes longues randonnées en ski de fond hors piste, de mes expéditions en canot en solitaire dans le moyen-nord du Québec, de mes médailles de boxeur et de judoka, de nos quatre fils, et de mes 62 ans …, bref, rien pour t’épater, juste pour attirer ton attention sur ce que je vais te rappeler et que tu sais sûrement. -Lorsque l’objectif est lumineux, le bonheur est dans le trajet-. Si la route devient plus que difficile, c’est-à-dire souffrante, si l’inconfort fait place à la douleur, si la persévérance est bifurquée par la hâte, alors, il faut considérer ces symptômes comme des signes potentiels de danger. Tu as su, par la journée de vacances que tu t’es accordé aujourd’hui, décoder ces messages. Ton voyage ne sera terminé que lorsque tu seras chez toi, avec ta blonde et tes filles. D’ici là, assure-toi de bien prendre les précautions et le temps nécessaire pour gagner tous tes rounds, surtout les derniers!

Gilbert,

Coucou Fred,
Nous pouvons comprendre ta fatigue. C’est surhumain ce que tu fais, dans le milieu où tu évolues même si tu « t’éclates », il n’est reste pas moins que la région est hostile et que la solitude commence à te peser, loin des tiens. C’est normal qu’un papa ait envie d’avoir des nouvelles de ses p’tites biches. Nous pensons très fort à toi. Sois prudent et sache que ton meilleur ami, c’est toi.
Bisous
Franck et Monique

PS : la neige arrive en France…

Lâche pas Fred tu es un exemple de persévérance qui est important pour nous. Nous aurons la chance de nous voir lors d’une conférence en février.
Fred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des questions ? Nous avons les réponses !

Remplissez le formulaire et laissez-nous un message!
Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Merci à notre partenaire