400 kilomètres du but

Parti à 7h10 hier matin, notre aventurier a fait 92 km sur un terrain rempli de bosses, le petit effort supplémentaire qu’il se demande toujours équivalant aux derniers 10 km.

Pour vous illustrer son quotidien acrobatique : « Pensez à la piste de ski alpin la plus bossue que vous connaissez, ajoutez un sac-à-dos de 20 livres sur vos épaules, et 20 pieds derrière vous, un traîneau avec votre plus gros mon oncle dedans – qui n’aime pas se faire brasser -. Plus, un cerf-volant géant que vous devez manier avec parcimonie pour éviter de passer d’une vitesse de 5 à 40km­ en 2 secondes. Et finalement, trouvez le temps de garder un œil sur votre boussole au poignet. »

Alors faisant tout ça, Fred s’est retrouvé suspendu dans les airs entre le cerf-volant et le traîneau après que ce dernier soit resté pris dans une bosse. Bien sûr, il a réussi à se sortir de là, mais « Pas trop souvent », a-t-il lancé. Sinon tout va bien. Il s’attend à une progression un peu plus lente car il ski contre le vent. Mais à 400 km du pôle sud d’inaccessibilité avec un traîneau en lequel il a confiance, le Mauricien est heureux.

La chanson du jour : Man on the moon – REM
Audio : 20141201Fr1 et 20141201Fr2
Bonus de Lisette, la mère de Fred, qui tente de m’envoyer ce message depuis vendredi, alors que de mon côté, je vous pondais Ode à l’amour.

Qu’en pense la maman de Frédéric ?
Un mot pour résumer ce que je ressens : amour. Il est vrai que ça prend une confiance presque aveugle pour laisser un être aussi déterminé se dépasser ainsi. Pour moi au quotidien, cet extraordinaire aventure que vit Frédéric, c’est inquiétant car les bris, les engelures, les problèmes qu’il rencontre me touchent beaucoup. Intuitivement, je les ressens à l’avance. Je connais sa joie de vivre, sa grande détermination et son audace comme traits de caractère. Maintenant, je suis en mesure de constater son expérience et la sagesse de ses décisions. Il fonce un pas à la fois. Puis quand j’ai un doute, je relis quelques phrases de son livre La boîte à outils pour la motivation –Eh oui, moi aussi–.

Frédéric est dans la vie ce qu’il dégage: un homme heureux. Et pour une maman, c’est ce qu’il y a de plus important. Et elle ajoute : ton frère te suit aussi assidûment et pense beaucoup à toi.

400 kilometers from the goal

He left at 7:10am yesterday morning and finished his working day with 92 km done on land filled with bumps, the extra effort he always asks himself equivalent to the last 10km.

He illustrates his acrobatic day: « Think of the most hunchbacked downhill skiing track   you know, add a 20 pounds bag-to-back  on your shoulders, and 20 feet behind you, a sled with your biggest uncle in – who does not like being shaken . Plus, a giant kite that you must use sparingly to avoid passing a speed of 5 to 40km in 2 seconds. And finally find the time to keep an eye on your compass to the wrist. »

While doing all this, Fred found himself suspended in the air between the kite and the sled after this last one remained caught in a lump. Of course, he managed to get out of it, but « Not too often, » he said. But everything is well. He expects a slower growth now because he skis against the wind but at 400km of the South Pole of Inaccessibility with a sleigh he trusts, the athlete is happy.

Song of the Day: Man on the moon REM
Audio: 20141201En
Bonus: Lisette, Fred’s mother, was trying to send me this message since Friday, while on my side, I was writting Tribute to love.

What does Frédéric’s mother thinks about all this?
One word to sum up my feelings: love. It is true that it takes an almost blind trust to let someone so determined to overcome this. For me every day, this extraordinary adventure is worrisome because the breakage, frostbite, all his problems affect me much. Intuitively, I feel them in advance. I know his love of life, his great determination and boldness as character traits. Now I am able to see the experience and wisdom of his decisions. He skies one step at a time. Then when I have a doubt, I read a few sentences of his book The toolbox for motivation -Yes, I also do-.

Frédéric is in life what he shows: a happy man. And for a mom it is the most important. She adds, your brother follows you and thinks a lot about you.

Capture d’écran 2014-04-08 à 15.37.42

14 réponses à “400 kilomètres du but

Allo Fred je suis de retour sur ton blogue.je voulais te dire que tu es toujours dans mes pensées. Mème si je te vois pas toi et ta famille et aussi je voulais te dire que je suis avec toi.

Bonjour Fred
Vraiment, c’est une belle logique remplie d’audace et d’inattendues
Épatant tout de même!
Bonne fin de route.
Avec mes meilleures salutations
André Bouchard
animateur et chroniqueur touristique et culturel

Que l’aventure continue ! Chaque fois qu’on parle de ton aventure en classe, on s’emballe et parfois ça devient sérieux. On pense en même temps que c’est difficile d’affronter et de vivre toutes sortes de sensations et d’émotions du matin jusqu’au soir et du soir au matin et c’est exceptionnel de réaliser ce que très peu d’humains ont risqué, osé et même vécu. Toi, tu es SEUL ! On doit se le rappeler souvent.

Frédéric, aujourd’hui à Trois-Rivières, il faisait – 13 degrés et nous étions bien habillés pour jouer sur la cour de récréation (10-15-15 minutes ), méchant contraste avec toi ! … En tout cas, personne n’a osé se plaindre.

Fred, continue, tu es toujours plus près du but, nous avons confiance en toi. Nous croyons que tu vas l’avoir, que tu vas l’atteindre le pôle sud d’inaccessibilité. Tu es incroyable ! Tu es notre champion à chaque jour !
Les élèves de 3e année de Marguerite-Bourgeois et madame Jocelyne

Bonjour, pourriez-vous nous indiquer où se trouve l’aéroport FD83 sur la carte? Autrement dit, nous aimerions voir le détour que Fred a dû faire. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des questions ? Nous avons les réponses !

Remplissez le formulaire et laissez-nous un message!
Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Merci à notre partenaire