Passation du micro

On n’écrit pas 53 billets de blogue à des milliers de lecteurs pour une aventure et un homme aussi extraordinaires qu’Antarctique Solo de Frédéric Dion en déposant tout bonnement le crayon lorsque ça prend fin. Du 25 octobre 2014 au 5 janvier 2015, j’ai eu la chance d’être le lien entre vous et Fred parti à la quête du rêve de sa vie. Si mon quotidien aura été enlevant, stimulant, fou et exigeant, vous aurez été, chers supporters, dans mes pensées à chacune de ces journées.

Je vous écrivais le soir lorsque le téléphone arrêtait de sonner et que la boîte courriel cessait de se remplir, après ma journée de travail, après un petit souper, souvent ailleurs que sur mon bureau encombré. Dans le salon donc, pour passer du mode rapidité et efficacité à celui plus méditatif et intuitif de l’écriture. En écoutant l’audio de mon échange téléphonique avec notre héros, je prenais doucement le rythme des mots.

Ce travail s’apparentait pour moi au kilomètre additionnel que Frédéric s’imposait après des heures d’efforts où il avait tout donné. Et en même temps, c’était mon moment chouchou, rien de moins que la réalisation du rêve de ma vie de la gagner en écrivant.

Et Je pensais à vous tous qui étiez là, en attente des dernières nouvelles de Fred, si impliqués, parfois anxieux, d’autres fois heureux, souvent touchés, et toujours tellement encourageants pour lui. Je ne pouvais m’empêcher de vous écrire même si ce n’était pas à l’agenda: on ne laisse pas quelqu’un qui nous aime sans nouvelle. Vous avez été si présents et généreux envers Fred que je vous le devais.

Si vous écrire était une joie, vous lire la doublait. Et je sais tout le bien que cela a procuré à Frédéric de m’entendre lui parler de vous alors qu’il était seul dans son bout du monde glacé. À chacun de vous, merci !

À toi cher Fred, merci pour ta confiance, ta folie et ton authenticité. T’es le meilleur client du monde !

Chantal Taillon

Transfer of the microphone

We don’t write 53 blog posts to thousands of readers on an adventure and an equally extraordinary man that are Antarctique Solo from Frédéric Dion simply by dropping the pen when it ends. From October 25, 2014 to January 5, 2015, I had the chance to be the link between you and Fred who was away achieving the dream of his life. If my daily routine has been passionnate, stimulating, crazy and demanding, you have been, dear followers, in my thoughts on each of these days.

I wrote to you in the evening when the phone stopped ringing and the inbox was clean, after my working day and a little supper, often elsewhere than at my cluttered desk. In the living room, to pass from speed and efficiency mode to the more meditative and intuitive one of writing. Listening to the audio of my telephone conversation with our hero, I gently change the rhythm of the words.

This work was similar for me to the additional kilometer that Frédéric was pushing himself to do after hours of effort when he had given everything. At the same time, it was my favorite moment, nothing less than the dream of my life to earn it by writing.

And I thought of all of you who were there, waiting for the latest news from Fred, so involved, sometimes anxious, some other times happy, often affected and always so encouraging to him. I couldn’t help but writing even though it wasn’t on the agenda: we don’t let someone who loves us without news. You have been so generous and present towards Fred that I owed it to you.

If it was a real joy to write, to read you doubled it. And I know all the good it has brought Fred to hear me tell him about you while he was alone in this frozen part of the world. To each of you, thank you!

To you dear Fred, thank you for your trust, your crazyness and your authenticity. You’re the best client in the world!

Chantal Taillon

IMG_0220

17 réponses à “Passation du micro

Merci Chantal pour vos récits quotidiens des exploits de notre jeune fou d’aventures. Il est vrai que tous les soirs maintenant, il me manque quelque chose, même si ces derniers jours pour nous, nos esprits étaient préoccupés par d’autres libertés. Ces petits moments de lecture me donnaient l’impression de faire partie de l’aventure… mais sans le froid.
Merci pour votre complicité à tous les deux dans vos récits.
Au plaisir de vous lire pour d’autres récits très bientôt.

Bravo Chantal, ai suivi quotidiennement ton récit fort intéressant et émouvant, tout y était, la belle plume, l’excitation, la réalité et ainsi de suite. Frédéric est un petit-cousin que je n’ai as eu la chance de rencontrer, sa grand mère maternelle , Jeannette, était la seule et unique sœur de mon père, et ma marraine. J’ose espérer le rencontrer un jour, je demeure dans Charlevoix, peut-être viendra-t-il donner une conférence au Domaine Forget

Merci Chantal pour nous avoir partagé ces messages. Même si c’était toi qui les écrivait, tu le faisais de telle façon qu’on croyait que c’était Fred qui nous écrivait. C’est tout un talent que tu as de réussir cela. Je te remercie aussi pour ton implication et ton dévouement non seulement pour Fred mais aussi à nous en nous fournissant des petits bouts de nouvelles alors qu’on n’aurait pas dû n’avoir.. c’était épatant.. Merci pour ces petits mots de surplus correspondant aux km de surplus de Fred.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les Politiques de confidentialité et Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Des questions ? Nous avons les réponses !

Remplissez le formulaire et laissez-nous un message!
Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et les Politiques de confidentialité et Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

    Merci à notre partenaire