L’esprit de l’ours/le corps du porc-épic

L’esprit de l’ours/le corps du porc-épiccapture-decran-2016-10-27-a-13-50-29

Je suis franc, je n’ai pas peur des bêtes sauvages. Celles-ci s’attaquent très rarement à l’homme et souvent, elles viennent à sa rencontre par curiosité. À moins de rencontrer un animal atteint de la rage ou un ours qui, comme moi, n’a pas mangé depuis plusieurs jours, ce qui est rare étant donné que le territoire est un buffet ouvert pour lui, il n’y a rien à craindre de la vie sauvage au Canada. Cependant, depuis mes deux réveils paniqués, je suis investi d’une présence, d’un regard posé sur moi, d’une force métaphysique. Mes actes le prouvent, l’esprit de l’ours me trotte dans la tête.

Dans la culture amérindienne de l’Ouest, l’esprit de l’ours est appelé Hununpa. Il est le bi (nunpa) pède (hu) « deux jambes », tout comme l’homme. Dans cette mythologie, l’animal possède des pouvoirs de guérison et apparaît souvent à celui qui cherche sa voie par le véhicule du rêve. La bête enseigne la pharmacopée de la nature, les secrets des plantes et des racines.

Mais aujourd’hui, je n’avais qu’une demande à faire à l’esprit de l’ours, trouver à manger. Et puis, j’ai été entendu!

En fouillant le territoire, je suis tombé sur des fourmis que j’ai rapidement avalées. Mais pour faire un festin de ces petites créatures, il m’aurait fallu tomber sur une colonie beaucoup plus importante. C’est alors que je l’ai vu… oui, devant moi, dans un arbre, mon repas complet m’attendait, l’air nonchalant, avec ses grandes épines de porc-épic. « Oh toi, mon copain, tu vas finir à la broche! » me suis-je dit en me pourléchant les babines.

J’ai tenté de le faire descendre en lui lançant des pierres. Des petites, des grosses, rien à faire, mes attaques l’ont poussé encore plus haut dans l’arbre. Aux grands mots, les grands moyens… J’ai attaché mon couteau avec une tige de bois et j’ai escaladé l’arbre avec l’intention bien claire de lui faire la peau. Un bon coup dans le flanc n’a pas suffi, un deuxième lui a fait mal, le troisième fut le bon. Il est tombé en bas de l’arbre pour se fracasser au sol dans un bruit sourd. Ravi à l’idée d’avoir une proie à dépecer, je suis descendu le plus rapidement possible, mais le chenapan avait disparu. « C’est impossible! Je délire! » me suis-je dit. « C’est la faim qui m’égare, j’ai bien fait tomber ce porc-épic! » Un dernier souffle de vie l’avait entraîné un peu plus loin. Ouf! Il avait rendu l’âme.

Vous trouvez cela cruel? Hum… faites une petite visite dans un abattoir, on reparlera de votre jambon.

Couteau à la main, je l’ai dépecé pour me rendre compte qu’il n’y a pas plus de viande sur les porcs-épics du Yukon que ceux du Québec. Mais à cheval donné, on ne regarde pas la bride! J’en ai fait un genre de bacon sauvage au goût tout à fait abject. Avec un peu de ketchup, peut-être que la viande m’aurait fait plus envie, mais là… comme ça… avec l’odeur, le gras qui coule, le parfum sauvage du musc entremêlé de la fumée de mon feu, il fallait avoir faim, vraiment faim pour ingurgiter de mon barbecue. Pour être franc, les fourmis sont meilleures au goût. Plus croustillantes et plus sucrées…

Déjà, après seulement quelques minutes, j’ai senti mes forces revenir. Mon corps se nourrissait pendant que mes pensées noires s’envolaient, peu à peu, une à une. L’énergie revenait dans mes bras et mes jambes, en même temps mes idées reprenaient de l’altitude! Pas de doute… il faut manger pour vivre. Le monde est d’une infinie noirceur lorsqu’on n’a rien à se mettre sous la dent. La souffrance rend morose, elle nous déprime, nous rend instable.

Une fois mon banquet terminé, j’ai rapidement décidé de quitter les lieux. L’odeur de la mort, du sang, de ma grillade, mais surtout de tout ce gras absorbé par la terre allait m’attirer bien du monde. Dans ce pays sauvage où l’homme ne fait que très rarement de la cuisine avec les produits locaux, j’avais allumé une bombe olfactive capable de me ramener les plus gros, grands et poilus compères du coin.

J’ai donc emballé le reste de mon repas dans un bout de plastique improvisé, tiré de mon matériel, puis je me suis poussé en vitesse. Quelques rapides plus loin, je m’installais sur un nouvel emplacement de camping pour y passer la nuit.

Bien ragaillardi par mon festin, je me suis fait un feu et j’ai… j’ai… grelotté toute la nuit.

Lorsque le soleil s’est pointé le nez, je me suis dit que je n’avais définitivement pas besoin de l’esprit de l’ours, mais que sa peau, elle, me servirait davantage. Avec un peu de chance, je pourrais en trucider un avec mon canif aujourd’hui.

Je suis en forme.

P.S. N’oubliez pas de faire un don pour Opération Enfants Soleil !

Fred en trois points : 

Moral : 9 sur 10
Physique : 9 sur 10
Ce qui lui manque : du ketchup pour accompagné le porc-épic et de la musique!

Capsule de Fred ayant servie à l’écriture de ce texte :  

Progression de Fred

Yukon_22-08-01 (1)

Bandeau conférence

16 réponses à “L’esprit de l’ours/le corps du porc-épic

Citation du dalaï lama: chaque instant est précieux même la souffrance, mais lorsque tu l’apprivoises elle devient une source de motivation et de stimulation grandiose.

Tu es bon en titi. J’aime te lire assis sur mon sofa. Je t’imagine a monter dans l’arbre et après courir après ton repas. J’ai hâte a demain ou a la suite. A bientôt garde courage.

Allez Fred, mange peut-être d’autres porc-épic, mais reviens -nous en un morceau! bonne chance! Commentaire de Ludo 10 ans, fils d’Isabelle Savaria

Bien contente de savoir que tu as mangé à ta faim………….et que tu es 9/10.
Je pense toujours à toi le matin en prenant mon café au lait avec sucre XOXO =)

Bravo pour ta prise du porc-épic !
Au fait je me demandait, as tu une couverture d’urgence pour les nuits froides ou autre pièce d’équipement ou si c’est seulement tes vêtements de la journée que tu conservent pour te protéger du froid les nuits.

Bonne continuation, le ventre à eu sa part, ça ne peu qu’aller mieux…

Allo Frédéric
Mon chum ,ma fille et moi et te suit chaque jour et je tenais à te dire à quel point nous avons beaucoup d’admiration pour toi ! Tu es un exemple de courage, de persévérance et surtout tu es déterminer . Tu es un exemple pour les jeunes !
Lâche pas !

C’est très intéressant de voir ce que l’instinct de survi nous pousse à manger!!! Ha ha!! Manger pour vivre… Ou plutôt pour survivre ici!! Bravo et merci !!

Suzie 🙂

Comme j’aime lire votre chronique journalière. Bravo. Je suis très contente que vous ayez repris vos forces physiques et morales. Bonne nuit, demain, c’est un autre jour excitant pour vous et nous. La meilleure des chances.

Je croyais que le porc-épic était un animal dont la chair se mangeait crue. Cela aurait éviter d’attirer les autres prédateurs…quoique l’odeur du sang…! Je me propose de vous suivre de façon régulière et vous encourager à poursuivre votre aventure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des questions ? Nous avons les réponses !

Remplissez le formulaire et laissez-nous un message!
Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Merci à nos partenaires