Alors on danse !

Vous pensiez que Fred se contenterait de 17 km dimanche? Non Madame ! L’ami a sauté sur ses skis à 4 heures du matin et s’en est donné à cœur joie jusqu’à 18h30 lundi soir. En tout, il a skié 147 km durant 14 heures et demi sur un sol « extrêment difficlle » composé de sastrugi, ces pics de neige construits par le vent qui montent jusqu’à 2 mètres de haut et possédant la dureté de l’asphalte. « C’est très technique, je dois faire très attention et modérer ma vitesse. » Fred 1 : sastrugis 0.

Durant les 2 dernières semaines, l’aventurier tentait de vivre dans le moment présent. Mais comme ses journées ne sont pas de tout repos, il a réalisé que cela l’empêchait de se projeter dans le futur.

Aujourd’hui, j’ai réussi à me laisser aller. J’ai mis de la musique et j’ai dansé comme je le fais avec les filles à la maison. Adélie et Danaëlle…, j’ai dansé sur I like to move it en pensant à vous. Pis j’espère que vous dansez aussi avec maman à la maison même si je suis pas là. Allez tout le monde, profitez-en et dansez avec vos enfants !

Chers supporters, Frédéric ne vous encourage pas seulement à vous faire aller le pompon, il veut aussi vous entendre ! L’heure de la prise de décision avance à grands pas et l’homme veut savoir ce que vous en pensez: devrait-il faire un détour de 500km pour aller chercher le traineau que lui prête l’aventurier Dixie, choix peut-être plus sécuritaire mais en sachant que cela lui fera perdre son défi de « premier homme à s’être rendu seul au pôle sud d’inaccessibilité sans ravitaillement » ou bien s’il devrait poursuivre sa route avec son traîneau rafistolé ? À vos claviers tout le monde ! Merci d’être là si nombreux.

La chanson du jour : I like to move it – Reel 2 Real
Audio: 20141124

And so we dance !

You thought Fred would sleep on his Sunday’s 17 km? No Sir! Our friend jumped on his skis at 4:00 am and went on until 18:30 Monday night. In total, he skied 147 km for 14 and a half hours on an « extremely difficult » surface composed of sastrugi, these snow peaks built by the wind that rise up to 2 meters high and are as hard as asphalt. « It’s very technical, I have to be very careful and moderate my speed. » Fred 1: 0 sastrugis.

During the last two weeks, the adventurer tried to live in the present moment. But since his days are not easy, he realized that it didn’t allow him to project himself in the future.

Today I was able to let myself go. I put music and I danced like I do with the girls at home. Adélie and Danaëlle… I danced on I like to move it with you in mind. I hope you also dance with Mom at home even if I’m not there. Come on everybody, enjoy and dance with your children!, he says.

Dear fans, Frédéric doesn’t just encourage you to swing in the living room, he wants to hear from you! The hour of decision making is there and the man wants to know what you think: should he make a 500 km detour to get the sled that Dixie the adventurer lends him, a choice that can be safer but that will make him lose his challenge of « first man alone to the South Pole of Inaccessibility without supplying » or should he go on with his patched sled? Thank you for being there for him!

The song of the Day: I like to move it – Reel 2 Real

20140408153139

65 réponses à “Alors on danse !

Moi je voudrais que tu continu avec ton pulkayak, puisque si tu vas chercher le nouveau, tu ne seras pas le premier à réussir cette expédition 🙂 . Mais j’espère que ton kayak ne se brisera plus 😉 .

À bientôt!

De Florence 🙂
3e année, Classe de Mme Jocelyne, École Marguerite-Bourgeois

Bonjour Fred,

Choix difficile… Si la perte de ton traîneau actuel signifie un risque pour ta personne (…), alors mon choix serait que tu acceptes l’offre et aille chercher celui de Dixie. Adélie et Danaëlle souhaitent avant tout un papa de retour sain et sauf…

Bon courage,

Martin

L’Antarctique est grand et immense mais il n’y a pas de place pour reculer !!!!
On a toujours une deuxième chance … s’il le faut !!! Jacques

Bonjour Fred,
Nous avons fait un vote dans la classe afin de savoir qu’est-ce que tu devrais faire. 19 élèves sur 22 pensent que tu devrais continuer l’aventure avec ton pulkayak!!! Nous pensons que tu es capable de le faire seul et sans aide.
Nous voulons très fort que tu réalises ton défi.
Bonne chance Fred, nous sommes avec toi.
Adélie dit qu’elle t’aime beaucoup et qu’elle pense à toi. Elle a voté pour que tu continue avec ton pulkayak 🙂
Les amis de la classe de madame Caroline

Wow!
Merci les amis de participer à ce vote! Vous ne serez pas déçus… Fred a choisi de poursuivre sa route vers le pôle d’inaccessibilité. Adélie a reconnu les instincts de son papa!
Passez une belle journée! Et au plaisir de vous lire!
Caroline

Bonjour Fred,

étant animateur scout depuis 13 ans et sachant que tu a été scout toi meme, notre devise est « toujours pret » et je crois que tu a démontré depuis le début de ton aventure ,que tu est pret! Je dis, pas de détour . Tu deviens de plus en plus léger donc moins de poid qui peux endommager ton traineau.

Vas-y, fonce directement pour la terre promise 😉

Bonne Chance!!

Lievre Serviable

seule la prudence doit etre ton alliée….et j’ai confiance en ton jugement…allez bon vent….je te suis….et j’ai parfois des petits battements de coeur qui t’accompagnent…
tendresse….go….go….go….disent mes enfants….

Fred, je pense à ta situation depuis la cassure. J’aurais fait la même chose que toi, rapetisser le traîneau en cousant un bout à l’intérieur de l’autre. Si ça déchire encore plus d’une fois, par contre, je changerais de tactique: as-tu pensé de faire deux demi traîneaux, qui se suivent un derrière l’autre, avec les deux pointes vers l’avant? Il s’agirait de fermer les deux arrières avec du tissu ou un filet de cordage. Évidemment alors, tu ne pourrais plus te servir du traîneau comme abri, mais tu as une autre tente pour compenser. Lâche pas champion! Bonne chance!

Ton chemin est tout tracé, ton traîneau est réparé, ton énergie et ta confiance en toi veulent te propulser, alors pourquoi pas continuer et nous épater !

Go Fred Go !

Fred, tu es déjà notre héros, peu importe le dénouement du reste de l’aventure. Tu as de quoi être fier de ce que tu as déjà accompli. Alors, personnellement, le tout pour le tout !!!! L’inaccessibilité sans ravitaillement en solo !!!! GoGoGo !!!

Non pas de détours, mais avec prudence et une vitesse plus réduite .
Votre côter débrouillard vous est favorable .
Objectif , positif votre succès à devenir ,mes pensées sont avec vous chaque jour !

Tu te retrouve avec un choix a prendre et ca en antarctique c’est rare.
Ton traineau (indestructible) est devenue ton handicap.Il te reste 500 km avant ce nouveau traineau, si ton kayak « tof la ride » tu auras cette option.
Tu dois aussi penser au retour car POI est bien le centre de l’Antarctique ,il faudras en sortir par la suite.
Soit prudent , profite bien du soleil de minuit et bon vent.

Go hard or go home! Vas-y pour le record. Tes réparations sont très ingénieuses. Au pire, lève la pédale pour maintenir l’intégrité de ton restant de traineau. S’il peut faire 500km de détour, il peut certainement faire 500km dans le bon sens! Lache pas.

Bravo Frédéric, nous à l’école secondaire Chanoine-Beaudet de Saint-Pascal de Kamouraska, nous croyons que tu devrais continuer, tes efforts nous encouragent à travailler plus fort en classe. Nous sommes avec toi, et nous suivons ton aventure.
Frédéric et les élèves de FMS.

Bonjour Fred

Effectivement, c’est pas certain que ton traineau rapiécé tiendra le coup pour le retour de 500 km. Par contre, je me demandais si tu avais pensé de le laisser coupé en 2 et de bloquer l’arrière des 2 moitiées avec un fond de corde. Tu pourrais ainsi trainer 2 demi-traineaux un derrière l’autre la pointe de chaque demie orientée vers l’avant. Lorsque tes provisions auront baissé, tu pourras en abandonner 1 et poursuivre ta route avec un seul. Chose importante, mettre le plus pesant le plus loin des 2 ou essayer d’équilibrer le poids entre les 2 pour avoir plus de stabilité. Bonne chance et bon courage encore.

En passant, tu avais de la visite à quelques centaines de km de toi récemment. Le téléjournal annonçait il y a quelques jours qu’il y a eu un marathon en Antartique. Plusieurs courreurs y ont pris part. Le gagnant aura pris plus de 4 heures pour compléter l’exploit par une température de -15 degrés C.

Et déjà qu’il doit être difficile de traverser les sastrugis avec un devant de traîneau, d’en avoir deux de fronts susciterait de l’instabilité et de l’imprévisibilité, au risque de carrément casser ce qui les unis.

Si le traîneau tient le coup dans les prochains jours, je continuerais avec. Au pire, tu peux toujours le raccourcir à nouveau et ça te permet de rencontrer ton objectif. Ceci étant dit, tu es le mieux placé pour prendre cette dernière décision.. comme j’ai déjà dit, je ne suis pas à moins 40…
Quelque soit ta décision, je suis avec toi jusqu’au bout.

Je crois que tu as fais une belle réparation, tes 147km le prouvent….s’il brise encore tu sauras le réparer pour qu’il termine sa course 🙂
Bravo…woww quelle détermination!!

Bonjour Frédédic;
mon épouse (cancer au cerveau) te suit religieusement et te suggère de continuer ton combat sans passer par le dépôt;elle te dit que tu es bien placer pour apprécier la capacité de ton nouveau traîneau.Il a bien subi 147 km de condition difficile.
ALORS ON DANSE…

NON, au grand jamais. Excepté si son traîneau rapiécé risque vraiment de ne pas tenir jusqu’au bout. D’autant plus qu’il devra faire un détour de 500km. Perso, je préfèrerais ralentir ma vitesse.

Bonjour Frédéric félicitation pour ton courage et ta détermination moi je te dit que tu est capable de continuer avec ce que tu as je te souhaite du courage et de la force .

Je te suggère »pas de détour ». Après t’avoir lu et suivi certaines de tes conférences je te crois capable de faire cette expédition avec ton « pullkayak » rafistolé. De plus je crois qu’il est plus solide que jamais le fait qu’il est doublé sur une certaine longueur donc plus résistant aux cassures. En plus tu viens de le « tester » sur un 147 km c’est très bon signe. Il ne faut pas négliger ce long détour de 500km, les journées perdues pour ce détour et donc rallonger ton parcours pour réussir ton objectif. Je crois sincèrement que tu dois poursuivre et tu vas réussir en gardant en tête tout ce support des gens et ta petite famille qui t’accompagne constamment en pensée. Bonne chance l’ami aventurier.

Hay cousin, tu es fort et confiant, positif et tellement débrouillard, la route choisi nous apporte toujours son plein de surprises, je crois pertinemment que ton choix est déjà fait dans ton cœur, et rien de plus vrai et de mieux que de suivre cette petite voix, car elle fini toujours par avoir raison!

Il n’y a pas que le rationnel, ton cœur te dictera le chemin, il vibre au son du vent qui t’accompagne!
Je te transfère mes énergies xxx

Tu dois continuer avec ton traîneau. Tu as parcouru déjà beaucoup de route. J’ai confiance en toi, je sais que tu vas y arriver. Tu es familier avec ton traîneau et je crois que ça sera encore plus gratifiant d’atteindre le pôle sud d’inaccessibilité avec le tiens!

Salut Fédéric,

C’est toi qui sait, écoute-toi! Prévois le pire, si ton traîneau brise, tu peux toujours te débrouiller ? Je n’ai pas vue de photo de la nouvelle réparation, mais ça semble tenir. Est-ce que tu as de la corde en masse pour de futur réparation ? ( au pire, sacrifier de la corde de kite, en la tressant c’est du solide )
Je ne suis pas à ta place, mais j’ai l’impression que tu peux continuer… Profite bien du beau soleil et des paysages, ici c’est triste et gris.

Bon vent!

Fred,

Je pense comme Étienne, toi seul tu sais si ton pulyak à des chances de faire la distance et le chemin du retour. Si tu penses être encore capable de le réparer , sans te geler les doigts, s’il se brise de nouveau, va-y! Si tu as des doutes, il ne faut pas oublier que tu vas pouvoir donner des conférences même si tu as emprunté un traîneau. Tu pourras même parler de la générosité des hommes dans tes conférences!! Le fait d’avoir fait une première mondiale ne fera pas une si grande différence que cela. Bonne réflexion et bonne route!

Go Frédéric Go , je te propose de ne pas faire de détour. A ton point . de non retour vérifier tout l’équipement. Si tout semble tenir pour le reste de l’expédition alors go for your dream. Un traîneau en bon état et plus pesant risque de faire la différence sur la fatigue. On pense à toi…

Quelques questions qui aideront peut-être à prendre une décision…
Si ton traîneau était déjà « capout »…est-ce que tu prendrais le traîneau de Dixie?
Aurais-tu plus de satisfaction à abandonner ou à te rendre au pôle d’inaccessibilité avec ravitaillement?
Serais-tu le 1er à l’avoir fait avec un cerf-volant que ce soit avec ravitaillement ou non?
Est-ce qu’il y aurait une possibilité pour traîner les 2 en te servant du traîneau de Dixie seulement en cas de besoin?
En espérant avoir aidé plutôt que mêlé encore plus…

Au Départ, le but de l’aventure pour toi était d’être (( premier homme à s’être rendu seul au pôle sud d’inaccessibilité sans ravitaillement )) Moi, de mon salon, je peux simplement imaginer ton aventure. Je te suggère simplement d’écouter ta logique, ton but !!
GoGo Fred 🙂

Je dirais aussi « pas de détour », même si c’est risqué pour lr traîneau. Mais au moins, vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas essayé d’atteindre votre objectif !

Mautadine de belle question fait toi confiance. Je te dirais continue t’es quand même en avance sur ton but. Tu peux toujours continuer de rapetisser ton traineau au besoin

pas certain que l’autre traineau aurait résister aux vitesses que tu lui impose,
Donc continue avec ton (Heavy Duty) que tu t’est fabriquer,,bon courage Fred on te suit
Avec beaucoup d’intérêt et d’admiration.❄️⛄️

Fred, moi, je vote pour «poursuivre ta route avec ton traîneau rafistolé». J’ai confiance que tu sauras te débrouiller et te rendre à destination avec ton traîneau et ton titre de «premier homme à s’être rendu seul au pôle sud d’inaccessibilité sans ravitaillement» !

Bonjour Fred!

Personnellement je t’encourage à continuer avec le pullkayak réparé, mais seulement si tu estimes que tu as de bonnes chances de réussir. Le fait d’avoir pu parcourir 147 km sans problème apparent dans la réparation (selon ce qu’on sait ici) est un signe positif. Peut-être pourrais-tu attendre encore un jour de plus, voire, deux, avant de prendre une décision? Ainsi tu pourras tester la résistance de la réparation à une autre bonne journée de ski. Par ailleurs, il faut considérer que le détour de 500 km est en soit un risque important, à la fois pour le reste du matériel et pour tes forces. En plus, rien ne garanti que l’autre traineau, avec lequel tu n’est pas familier, ne cassera pas lui aussi après quelque jours…

Au final, pour t’aider à choisir, tu peux te redemander quel objectif tu poursuis en priorité avec cette aventure: atteindre le pôle sud d’inaccessibilité coûte que coûte, quitte à ne pas créer de record, ou alors établir un record et être le premier à accomplir cet exploit? Si c’est pour la deuxième raison, tu peux prendre le risque de continuer avec le pullkayak. Sinon, même en faisant le détour pour emprunter l’autre traineau, tu pourras toujours être immensément fier de ce que tu auras accompli.

Suis entièrement d’accord avec ce commentaire. Tu as dit que le plus gros risque était les décisions que tu allais prendre. Donc en fin de compte, fies-toi sur tes instincts et non sur nos recommandations. Peu importe ta décision, je te supporte. J’ai un immense plaisir à suivre tes progrès de jour en jour. C’est mieux que n’importe quel « reality show ». Bon reste de voyage et merci d’avoir choisi de le faire de façon écologique.

Continue ta belle folie FRED….Armand te salue espérant de voir ÉTÉ 2015 pour camper sur notre terrain en famille .Une petite chaleur part de mon coeur pour te réchauffer et prend bien soin de ton nez…

Nous sommes tous les deux du même avis, Fred ne devrait pas faire de détour. Je pense qu’il a sûrement fait des choix plus risqués que celui-là auparavant! De plus, 500 km de détour c’est, au bas mot, 4 jours de déplacement, ce qui pourrait compromettre un éventuel record de temps.
Tiens bon Fred!

Ouf! choix déchirant…si son traîneau est toujours sécuritaire je dirais go fonce jusqu’à la fin, mais de l’autre côté s’il croit que son traîneau est sur le point de lui faire faux bon tôt ou tard dans l’aventure, il devrait faire le détour pour être certain de terminé le parcourt malgré l’aide reçu! Peu importe sa décision il n’en reste pas moins qu’à mes yeux il a un courage incroyable! Je suis de tout cœur avec lui.

Si ses deux ½ traîneaux tiennent le coup depuis qu’il les a coupées dans ses conditions de dunes dures comme de l’asphalte, Frédéric devrait poursuivre son aventure soit de le faire en solo sans ravitaillement. C’était un de ses objectifs majeurs.
Comme ses vivres, naphta …sont suffisantes et que sa vitesse moyenne semble être supérieure à ses prédictions, il devrait poursuivre en skiant de façon sécuritaire, plus en douceur afin de protéger le traîneau.
Faire un détour de 500 km peut aussi hypothéquer son matériel . Qu’est-ce qui dit que son nouveau traîneau va endurer ces multiples chocs également. Plus qu’il se dirige vers son point d’arrivée, plus léger il sera également.
Jusqu’à présent, il a démontré sang froid, débrouillardise et d’un bon raisonnement. Il prendra sûrement la bonne décision constatant les différents éléments dans la réalité qu’il connaît et vit.
Chapeau M. Frédéric !!!

Nous votons pour  »pas de détour ». Nous avons confiance en Fred et savons qu’il va réussir. Et comment savoir si l’autre traîneau sera plus résistant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des questions ? Nous avons les réponses !

Remplissez le formulaire et laissez-nous un message!
Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Merci à notre partenaire